Participer aux différents voyages du pape à bord du Vol papal est un privilège rare, une expérience professionnelle et personnelle merveilleuse, et l’assurance aussi de revenir à Rome sur les rotules. Si Benoît XVI nous avait offert (durant les vols Aller) des cours magistraux et des réponses clairement énoncées qui peuvent être relues des années plus tard, son successeur François répond en toute liberté (durant les vols Retour) aux questions les plus diverses des journalistes.

Peut-être parce que j’ai eu le privilège d’être ce lundi à un mètre de lui – ou peut-être parce que j’ai une conception particulièrement originale de mon métier de journaliste -, je n’ai pas entendu tout à fait la même chose que certains de mes collègues, hautement qualifiés, lorsque le pape François nous a parlé, durant une heure, à notre retour de Corée du Sud.

Non, le pape François n’a pas déclaré que c’est la Troisième Guerre mondiale, comme le titrent ce matin à peu près tous les journaux italiens, mais bien que “nous sommes aujourd’hui dans un monde en guerre, un peu partout“ et que “quelqu’un“ lui avait dit : “Vous savez, Père, que nous sommes dans la Troisième Guerre mondiale, mais par morceaux“.
Air Max 2013

<p >Non, le pape François n’a pas donné son “feu vert“ à des bombardements américains en Irak, comme l’écrivent plusieurs confrères des Etats-Unis, mais bien ceci : “Il est licite d’arrêter l’agresseur injuste. Je dis bien ‘arrêter’, je ne dis pas bombarder ou faire la guerre, les moyens de l’arrêter devront être évalués“. Assaillis par une grande fatigue, mes collègues américains dormaient peut-être déjà quand, 10 secondes plus tard, le pape a lancé : “Un pays ne peut juger tout seulcomment arrêter un agresseur injuste“… et encore : “Après la Seconde Guerre mondiale est née l’idée des Nations unies, c’est là que l’on doit discuter et dire : il y a un agresseur injuste, comment l’arrêtons-nous ?“

Oui, le pape a dit qu’il retournerait “à la Maison du Père dans 2 ou 3 ans“, visiblement amusé. Ce matin, ce sont les journaux français qui ne parlent que de cela… Et lorsqu’il dit plus sérieusement que le Christ est ressuscité, ils le croient ça ?

Allez, sur ce, je pars à la plage.

Antoine-Marie Izoard

« »