Retour
Vatican - le 20/11/2012 à 20:01:00 Agence I.Media
France : “On ne peut plus dire qu’il y a l’unanimité“ sur le ‘mariage homosexuel’, se félicite le cardinal Vingt-Trois.

Fort des prises de parole de l’épiscopat français et du succès de la “manif pour tous“ du 17 novembre 2012, “on ne peut plus dire qu’il y a l’unanimité“ sur le ‘mariage homosexuel’, a assuré 3 jours plus tard, à Rome (Italie), le président de la Conférence des évêques de France. Rencontrant quelques journalistes à l’occasion de la visite Ad Limina des évêques du quart Nord-Est de la France, dans la soirée du 20 novembre, le cardinal André Vingt-Trois a également évoqué les débordements lors de la manifestation du mouvement intégriste Civitas, 2 jours plus tôt.


Après le succès de la manifestation du 17 novembre en opposition au projet de loi gouvernemental sur le ‘mariage homosexuel’, “on ne peut plus dire qu’il y a l’unanimité“, a ainsi assuré le cardinal archevêque de Paris. “On ne peut plus dire qu’il y a une sorte d’unanimisme tolérant et bienveillant pour une opération gentille qui va permettre à tout le monde d’être comme tout le monde, ce n’est plus possible“, a renchéri le cardinal Vingt-Trois pour qui “la parole se libère, des gens qui se mettent à parler, et à réfléchir !“

“Le travail que nous avons fait depuis 2 ou 3 mois a atteint son objectif“, a encore précisé le président de la Conférence des évêques de France, “il a crevé le mur du mutisme et la censure d’un certain nombre de médias qui occultaient délibérément le fait qu’il y ait des gens qui n’étaient pas pour (le mariage des personnes de même sexe, ndlr)“.

“Brusquement, a poursuivi le cardinal Vingt-Trois, entre fin octobre et début novembre, on a vu surgir dans les journaux des tribunes de gens qui disaient : ce n’est pas si simple que cela, ou des gens qui se sont déclarés publiquement“. Et le haut prélat de citer le chanteur Dave, “l’une des étoiles notoires de l’homosexualité paisible“, ou encore la chanteuse Catherine Lara.

Interpellé par la presse, le cardinal André Vingt-Trois a décrit la “manif pour tous“ du 17 novembre : “Samedi, c’était une manifestation qui était conçue et déclarée comme non-confessionnelle, même si beaucoup d’organisations chrétiennes tout à fait explicites ont participé à l’organisation, mais c’était ouvert à quiconque partageait les thèmes de la manifestation, d’où la participation de juifs, de musulmans, d’agnostiques, d’athées, etc…“. Et le haut prélat de préciser : “Qu’il y ait eu une mobilisation plus forte des chrétiens on s’en réjouit, mais je me suis refusé à appeler à cette manifestation comme président de la conférence épiscopale car je ne voulais pas que ce soit une manifestation organisée et subventionnée par l’Eglise“.

Intégristes borderline

“Le dimanche, a encore affirmé l’archevêque de Paris, le groupe Civitas, qui est un groupe borderline intégriste, et même au-delà de borderline, a appelé explicitement à la défense du catholicisme et dit ‘nous les catholiques’, mais des ‘nous les catholiques’ il n’y en avait pas beaucoup !“ Puis le cardinal Vingt-Trois a relevé que la manifestation du 18 novembre avait accueilli “des courants politiques les plus extrêmes et quelques casseurs pour faire bonne mesure qui, providentiellement, ont trouvé des gens pour venir se faire cabosser au moment opportun, c’est-à-dire lorsque les caméras étaient là“. Lors de la manifestation, des féministes aux seins nus avaient exhibé des slogans tels que “In gay we trust“ ou “Fuck church“ peints sur leurs corps. Plusieurs militantes volontairement provocatrices avaient alors été violement écartées par des participants à la manifestation.

“Tout cela c’est du fonctionnement d’émeute très classique : provoc, répression, CRS, etc…“, a encore commenté le cardinal Vingt-Trois en saluant à nouveau la manifestation qui avait rassemblé plus de 100 000 personnes la veille : “c’était une sorte de happening, ils ont défilé et puis c’est tout“.

L’archevêque de Paris n’a pas souhaité dire si l’épiscopat français donnerait un mot d’ordre pour la manifestation nationale qui devrait être organisée le 13 janvier prochain. “S’ils persévèrent dans leur bon effort de coordination et d’abstinence à l’égard de leur particularisme pour se mettre d’accord entre eux sur ce qu’il faut faire, peut-être qu’ils y arriveront“, s’est contenté de dire le cardinal Vingt-Trois. AMI


© 2012 I.MEDIA
I.Media