Retour
Vatican - le 15/05/2014 à 16:59:00 Agence I.Media
Le pape François en Terre Sainte : Un voyage “très riche et dense“, annonce le Vatican (Programme).

Le voyage du pape François en Terre Sainte, du 24 au 26 mai 2014, sera “très riche et très dense“, juge d’ores et déjà le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège. Rencontrant les journalistes le 15 mai, le père Federico Lombardi a présenté le programme complet de ce déplacement de seulement 3 jours au cours duquel le pape fera étape en Jordanie, en Palestine et en Israël.


Le point culminant de ce 2e voyage du pape François hors d’Italie sera sa rencontre avec le patriarche de Constantinople Bartholomée 1er. Les 2 hommes participeront à Jérusalem, dans la basilique du Saint-Sépulcre, à une prière œcuménique avec les chefs des différentes Eglises de Jérusalem. “Cet événement, a expliqué le ‘porte-parole’ du Vatican, est une grande nouveauté œcuménique car une telle prière commune des différentes communautés dans un lieu saint de Jérusalem n’a jamais eu lieu“.

D’autres moments forts marqueront ce bref voyage ponctué de 14 discours ou homélies : la rencontre du pape avec des réfugiés syriens sur les rives jordaniennes du Jourdain et celle avec des réfugiés palestiniens à Bethléem, où il ne passera que quelques heures. A Jérusalem, le pape François visitera notamment le mémorial de la Shoah Yad Vashem et s’entretiendra avec le grand mufti puis avec les 2 grands rabbins d’Israël.

Durant ce voyage, le pape François sera accompagné par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, mais aussi par 3 cardinaux en lien avec cette visite : Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales ; Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux ; Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et président de la Commission pour les relations religieuses avec le judaïsme.

Le pape François, en outre, a choisi d’être accompagné par “deux amis“ argentins, le rabbin Abraham Skorka et l’imam Omar Abboud. Cette présence interreligieuse, a assuré le père Federico Lombardi, “est un message en soi“. Si l’imam Abboud intégrera la délégation dès l’arrivée du pape sur le sol jordanien, le rabbin Skorka les rejoindra le 25 mai à Bethléem, une fois terminé le Shabbat.

3 journées intenses

Le samedi 24 mai, à 8h15 (heure locale, GMT+2), le pape François quittera l’aéroport romain de Fiumicino à bord d’un avion de la compagnie Alitalia et arrivera à Amman, la capitale jordanienne, vers 13h (heure locale, GMT+3), où il sera tout d’abord reçu au Palais royal par le roi Abdallah II. Il célébrera ensuite la messe à 16h dans le grand stade de la ville où il arrivera en papamobile découverte pour saluer les fidèles. Lors de cette messe, quelque 1400 enfants feront leur Première communion.

Le soir, aux alentours de 19h, le pape François visitera le site du baptême du Seigneur, à Béthanie au-delà du Jourdain, pour une rencontre avec un groupe de réfugiés, notamment syriens, et des personnes handicapées, dans l’église latine construite en ce lieu. Auparavant, accompagné par le Roi Abdallah II, le pontife se rendra sur les rives du Jourdain où il bénira les eaux, comme le fit Paul VI (1963-1978) en janvier 1964 lors du tout premier voyage apostolique d’un pape. Puis il passera la nuit à la nonciature apostolique à Amman.

6 heures à Bethléem

Le lendemain, dimanche 25 mai, le souverain pontife, accompagné de sa délégation, se rendra à bord d’un hélicoptère jordanien à Bethléem, où il arrivera un peu avant 9h30, après moins d’une heure de trajet. Il se rendra en premier lieu au Palais présidentiel pour rencontrer le président palestinien, Mahmoud Abbas, puis les autorités palestiniennes.

Lors de cette visite de 6 heures en terres palestiniennes, le souverain pontife se rendra ensuite en papamobile sur la place de la Mangeoire pour présider, à 11h, l’un des moments-clefs de sa visite, la messe avec les chrétiens locaux, qui suivra la liturgie latine du jour de Noël, avec des éléments d’autres rites. Au terme de la messe, il récitera la prière du Regina Caeli.

Puis le pape François déjeunera avec un groupe d’environ 25 personnes, composé exclusivement de familles palestiniennes en difficulté, incluant des grands-parents, parents et petits-enfants. Après un bref temps de repos, il ira se recueillir à 15h en privé dans la Grotte de la Nativité. La basilique de la Nativité a été construite au IVe siècle par l’empereur Constantin au-dessus de ce lieu.

Le souverain pontife rencontrera ensuite un groupe de quelque 300 enfants provenant des camps de réfugiés de Bethléem, dans un centre construit à Dheisheh grâce à une donation de Jean-Paul II (1978-2005) à l’occasion de son voyage, en l’an 2000.

Puis, à 16h, le pape François prendra à nouveau un hélicoptère jordanien pour rejoindre l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv (Israël). Il y sera accueilli par le président Shimon Peres avant d’être transféré, dans un hélicoptère israélien, jusqu’à un héliport situé derrière le Mont Scopus, à Jérusalem.

Rencontre œcuménique

Le premier rendez-vous du pape dans la ville sainte aura lieu à 18h15 à la Délégation apostolique à Jérusalem : il rencontrera en privé le patriarche Bartholomée 1er et signera avec lui une déclaration commune. Cette rencontre se déroulera là où eu lieu l’accolade historique entre Paul VI et le patriarche Athénagoras.

Puis, à 19h, c’est au Saint-Sépulcre que se déroulera le point central de la visite : une prière œcuménique en présence du patriarche de Constantinople et des chefs des autres Eglises de Jérusalem. Le pape dînera ensuite au Patriarcat latin de Jérusalem en compagnie de tous les participants à la célébration.

Le lendemain matin, lundi 26 mai, le pape François ira tout d’abord à 8h15 sur l’Esplanade des mosquées, où il rencontrera le grand mufti, avant de se rendre au Mur occidental, où il devrait glisser entre les pierres une prière personnelle, comme le firent avant lui Jean-Paul II et Benoît XVI (2005-2013). Puis le pape se rendra au cimetière national israélien du Mont Herzl, point le plus haut de la ville. Lors de cette étape inscrite depuis peu dans le protocole des visites de chefs d’Etat, le pape déposera une couronne dans le cimetière, haut lieu du sionisme, où sont enterrés plusieurs premiers ministres et présidents comme Levi Eshkol, Golda Meir ou Yitzhak Rabin.

A 10h, le souverain pontife arrivera au mémorial de la Shoah Yad Vashem où il prononcera un discours sur l’Holocauste. Puis il rendra visite aux 2 grands rabbins d’Israël, près de la Grande synagogue de Jérusalem. Le pontife sera ensuite reçu à 11h45 au Palais présidentiel par le président Shimon Peres, avec qui il plantera un olivier, symbole de la paix. Il s’entretiendra ensuite en privé avec le premier ministre Benyamin Netanyahou, au Notre Dame Center.

Après le déjeuner, le pape rencontrera une dernière fois le patriarche de Constantinople, à 15h30, cette fois-ci près de l’église orthodoxe du Mont des Oliviers, après un premier entretien privé dans un lieu catholique.

Messe au Cénacle

A 16h, il présidera une célébration dans la basilique des Nations, à Gethsémani, avec les prêtres, religieuses, religieux et séminaristes de Terre Sainte.

Après cela, pour la dernière étape de sa visite, le pape François célèbrera de façon exceptionnelle la messe au Cénacle, lieu de l’institution de l’Eucharistie et de la Pentecôte, avec les évêques catholiques de Terre Sainte, à 17h. Le culte de ce lieu, sous contrôle israélien, est normalement interdit. Benoît XVI n’y avait pas célébré l’Eucharistie, mais s’y était toutefois rendu et y avait prononcé un discours, là aussi en présence des évêques locaux. Quant à Jean-Paul II, il y avait lui aussi célébré la messe.

Le pape François décollera pour Rome de l’aéroport Ben Gourion à 20h15. Il est attendu un peu moins de 4 heures plus tard à l’aéroport de Rome-Ciampino. Une fois encore, à l'aller comme au retour, le pape François pourrait prendre la parole devant les journalistes qui l’accompagnent. MM/AMI


© 2014 I.MEDIA
I.Media